Les métiers ont-ils un sexe ?

Colomiers. Hommes et femmes inégaux au travail

 

 |  20

société

Claudine Mulazzi, Karine Traval-Michelet, l'ONISEP, le CIDFF et les établissements scolaires se sont mobilisés pour l'égalité homme-femme./Photo DDM, Th B

Claudine Mulazzi, Karine Traval-Michelet, l'ONISEP, le CIDFF et les établissements scolaires se sont mobilisés pour l'égalité homme-femme./Photo DDM, Th B

Alors que de nombreux emplois semblent encore réservés aux hommes, une conférence a été organisée par l’équipe municipale sous la houlette de l’adjointe au maire Claudine Mulazzi, afin de faire prendre conscience aux jeunes des possibilités dont ils disposent, au- delà des clichés.

«L’école n’est mixte que depuis 1975, et les femmes ont le droit de travailler sans l’autorisation de leur mari depuis 1965 seulement» a rappelé Claudine Mulazzi en préambule. Autant dire que ces droits sont récents, et les barrières toujours dans les têtes. Pour l’illustrer, l’élue a rencontré des élèves de CM2 afin de connaitre les métiers qu’ils souhaitaient exercer. Le résultat est sans appel : «les représentations sexuelles des métiers restent tenaces ; au masculin sont associées les activités hautement valorisées, qui laissent la place au commandement, à l’autonomie, la création, l’originalité. Au féminin sont associés, outre les statuts de subordonnés, le service, le soin, l’assistance et le soutien psychologique». L’adjointe au maire a donc souhaité convaincre l’assistance, composée principalement d’élèves de 3e des différents collèges columérins, des possibilités dont disposent les femmes, avec l’aide de Karine Traval-Michelet, qui pilote l’agenda 21, de l’ONISEP et du CIDFF. 3 élèves de seconde du lycée Eugène-Montel ont coprésenté la conférence, parmi lesquels figurait Lucie, qui est la seule fille dans sa classe de bac professionnel. Autre intervenante exemplaire, Nathalie Ducombeau, qui vient de recevoir le prix women manager de l’année, pour son travail de directrice qualité chez Airbus.

Un comité pour favoriser l'égalité

Ces conférences annuelles ne sont qu’une facette de l’engagement qu’a pris la municipalité depuis quelques années sur l’égalité homme/femme, en signant la charte européenne en 2010 dans le cadre de l’agenda 21. Un comité consultatif a ainsi vu le jour, composé d’élus, d’associations et de personnalités, comme des chefs d’entreprises. «Le but de ce comité est d’être force proposition pour la mairie. Nous venons par exemple de proposer le nom de Lucie Aubrac pour la nouvelle école des Ramassiers, qui vient d’être validé au dernier conseil municipal» conclut Claudine Mulazzi.

 

 

Modifier le commentaire 

par Nicole Girard le 03 janv. 2014 à 16:11

haut de page